l\'indigné

Thinks Thanks

 

Thinks Thanks

 

Casse-toi, pov’ Libération :

Qu’y a-t-il de plus scandaleux : que M. Bernard Arnault réclame la nationalité belge afin de préparer l’ « optimisation fiscale » de sa fortune — la première française et quatrième du monde — ou que les politiques publiques successives (en France, en Belgique, ailleurs) aient offert de telles possibilités à leurs contribuables les plus opulents ? On ne peut libérer le marché des capitaux, laisser proliférer les paradis fiscaux, y compris en Europe, et se plaindre ensuite que les individus pour qui de telles décisions sont prises choisissent d’en tirer le meilleur profit

 

( cf lire aussi Think Thank et " crise" ) :

Think Thank et " crise"

 

The Corporation, sorti en 2003, est un film documentaire canadien réalisé par Jennifer Abbott et Mark Achbar. Ce film est basé sur le livre The corporation, the pathological pursuit of profit and power (Les Multinationales, la recherche pathologique du profit et du pouvoir) de Joel Bakan.
À VOIR ABSOLUMENT !
Le lien ici :
http://www.youtube.com/watch?v=0ZmQ-YL63fM

 

 

Photo : " The Corporation "

The Corporation, sorti en 2003, est un film documentaire canadien réalisé par Jennifer Abbott et Mark Achbar. Ce film est basé sur le livre The corporation, the pathological pursuit of profit and power (Les Multinationales, la recherche pathologique du profit et du pouvoir) de Joel Bakan.
À VOIR ABSOLUMENT !
Le lien ici :
http://www.youtube.com/watch?v=0ZmQ-YL63fM
 
P58 : Mathieu Rigouste : " Les Marchands de la peur : la bande à Bauer et l'idéologie sécuritaire"
 
Les thinks thanks sont des appareils de propagande. Financés par des fonds publics, ces entreprises ou des particuliers, ce sont des instituts chargés de promouvoir une idéologie au service d'un groupement d'intérêts, des club chargé de d'influencer le  pouvoir politique et/ou des " populations". Selon Christian Harburot, le directeur de l'Ecole de guerre économique, les thinks thanks " regroupent des patrons, des universitaires, des chercheurs qui réfléchissent ensemble sur un point précis pour atteindre dans le but d'atteindre un objectif" " Think thanks, un conseil made in USA", le journal du management, avril 2004. Think tanks : Un concept "made in USA" - Le Journal du Net

 

 

 

Patrick Cox est rédacteur au sein de notre maison-mère américaine, Agora Inc.. Il a participé à de prestigieuses émissions télévisées américaines, sur la chaîne ABC ou sur CNN.

Il a écrit plus de 200 articles pour le quotidien Etats-Unis Today. Ses articles sont également apparus dans le Wall Street Journal ou encore dans le Los Angeles Times.

Il a écrit pour toutes ces publications au cours des 25 dernières années. Il est même devenu l'un des experts les plus recherchés aux Etats-Unis dans le domaine de l'investissement technologique.

Si je vous dis tout cela, ce n'est pas pour me faire bien voir de Patrick... c'est pour vous montrer comment on en vient à détecter des opportunités que la plupart des gens ne voient pas.

Il n'y a pas de secret, il y a juste du travail... 25 ans de travail.

Je pourrai continuer sur Patrick pendant des heures :

En 1987, juste un an après l'introduction en bourse de Microsoft, il publiait un magazine sur la programmation en open source et les logiciels d'utilisateurs... alors même que la plupart des gens, y compris les investisseurs boursiers, ne savaient même pas à l'époque ce qu'était un "logiciel" !

Des années plus tard, il est devenu consultant à la Silicon Valley. Il a affirmé qu'une invention appelée World Wide Web allait tout changer. Peu l'ont écouté. Mais quiconque l'a fait a eu la possibilité de devenir multimillionnaire.

En fait, il vivait très bien en suivant lui-même la technologie. Au milieu des années 90, il écrivait des discours pour le PDG de Netscape.

En 2000, il avait ce qu'on appelle aujourd'hui un "blog". Il parlait du matériel informatique et comptait plus d'un million de visiteurs chaque jour. C'était le deuxième site le plus visité dans sa catégorie sur internet. Et les revenus du blog ont grimpé de 500%.

Et Patrick a fait du consulting pour bien d'autres entreprises. Cela lui a donné un carnet d'adresses très efficace dans son domaine.

Cela lui a aussi permis de voir les quantités d'argent importantes qui changent de mains... révélant encore plus d'opportunités.

Cela fonctionnait si bien qu'il a commencé à y consacrer son temps... écrivant sur les meilleures opportunités et aidant à révéler des gains à deux chiffres sur les marchés boursiers.

Des médicaments révolutionnaires aux entreprises robotiques en passant par les ordinateurs portables... et les avancées énergétiques... il déniche les opportunités de gains dans tous ces domaines.

 Patrick Cox ...n'est pas seul ! Ray Blanco travaille à ses côtés. Ray est le prototype de ce que l'on appelle communément un geek. Lorsqu'il avait 10 ans, c'était le genre à rester des heures dans sa chambre tous les soirs, programmant des codes dans son ordinateur Timex Sinclair 1000.

Au collège, , Ray à inventé et la  "Chambre de Wilson" -- un appareil ultra-refroidissant permettant de détecter les particules de radiations ionisantes.
Puis il s'est mis à explorer les domaines de la robotique... de l'avionique... de la génomique... de la biotechnologie... Devenir plus intelligent, c'est comme ça que Ray s'amusait. Aujourd'hui, il a ajouté à tout cela des connaissances et du savoir-faire sur les marchés boursiers et la finance.

Ces 10 dernières années, par exemple, Ray a construit des réseaux pour le secteur de la santé et pour des gestionnaires de patrimoine à Naples, en Floride – l'une des plus grandes concentrations de richesse de tous les comtés d'Amérique.

L'un des systèmes de Ray était un logiciel de plate-forme de trading utilisé par des professionnels des marchés pour gérer plus de 33 milliards de dollars de capitaux.

Difficile de trouver meilleur poste pour observer les marchés.

Pour faire circuler autant d'argent, il faut beaucoup d'expertise technique. Même un simple achat ou vente d'action ouvrait de quatre à cinq interactions différentes sur les réseaux de Ray.

Et c'est Ray qui gérait toutes les infrastructures, des deux côtés de chaque transaction – jusqu'à 100 millions de dollars faisant des allers-retours, durant les jours riches en volumes.

Quand on est investisseur, avoir des conseils de Ray est une aubaine. Je vous montrerai dans une seconde comment profiter de toute son expertise -- couplée à celle de Patrick Cox --, et de tout ce que leur réseau de contacts dans le secteur peut vous apporter...

 

A lire aussi : La " crise" permanente - citoyenactif , la naissance du capitalisme - l'indigné révolté ,Thinks Thanks - L'indigné 



28/02/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres